Topbar widget area empty.

Protection des animaux

Les habitats de divers animaux sauvages se réduisent de plus en plus en raison de l’exploitation par l’homme, du mitage du paysage, de la circulation routière croissante, mais également de l’agriculture intensive. Les animaux ainsi mis en péril méritent notre aide.

Où pratiquons-nous dans nos projets la protection des animaux ?

En Suisse

  • La station de soins pour rapaces de Berg am Irchel accueille des oiseaux de proie, des chouettes ou des hiboux blessés ou affaiblis, les soigne affectueusement et conformément aux besoins de l’espèce, puis les remet en liberté aussitôt que possible. Grâce à la coopération idéale avec l’Hôpital vétérinaire de Zurich et le service de sauvetage des animaux du refuge animalier Pfötli, la station présente un taux de guérison extrêmement élevé à l’échelle internationale. 86 % des animaux accueillis ont pu être relâchés dans la nature, après avoir retrouvé force et santé.
  • En moyenne, 80 jeunes oiseaux par an sont déposés à la station. Grâce à de longues décennies d’expérience, la station de soins pour rapaces est en mesure d’élever les jeunes oiseaux de proie, chouettes et hiboux conformément aux besoins de l’espèce, et de leur permettre ainsi, une fois adultes, une vie en liberté dans la nature.
    > Projet: station de soins pour rapaces de Berg am Irchel

En Indonésie

  • L’habitat des orangs-outans sur l’île de Sumatra est déboisé dans des proportions dramatiques au profit de plantations de palmiers à huile. Les orangs-outans sont tués, les jeunes sont capturés ou vendus ou meurent de faim dans un coin isolé de la forêt. Le programme de protection des orangs-outans de PanEco libère les orangs-outans illégalement détenus comme animaux domestiques et les emmène dans le centre d’accueil et de soins. Les animaux y sont soignés, les jeunes sont élevés conformément aux besoins de l’espèce et resocialisés. Dès que les grands singes sont prêts pour une vie autonome dans la forêt tropicale, ils sont habitués progressivement à la vie sauvage dans des stations de réintroduction dans la nature, et finalement relâchés dans une forêt protégée.
  • Outre les orangs-outans arrachés à la captivité, le programme de protection évacue également des grands singes vivant dans des zones forestières isolées. Poussés par la faim, ces orangs-outans pillent fréquemment les champs des paysans et se font alors tuer. D’autres meurent de faim parce qu’il n’y a pas suffisamment de nourriture. Les orangs-outans évacués sont emmenés directement dans les stations de réintroduction dans la nature, et relâchés dans des zones forestières étendues.
    > Projet: programme de protection des orangs-outans de Sumatra