Topbar widget area empty.

Réintroduction dans la nature

Dans les deux stations de réintroduction du parc national de Bukit Tigapuluh et de la réserve naturelle de Jantho, les orangs-outans sont soigneusement préparés à une vie dans leur environnement naturel. Une fois qu’ils sont prêts à vivre en liberté, ils sont libérés progressivement, sous observation permanente.

CONTEXTE

La première station de réintroduction, dans le parc national de Bukit Tigapuluh dans la province de Jambi, est gérée par la Société zoologique de Francfort. En 2010, le gouvernement de la province d’Aceh a exigé que tous les orangs-outans originaires d’Aceh soient remis en liberté dans cette même région. C’est pourquoi le programme de protection des orangs-outans de PanEco a établi une nouvelle station de réintroduction dans la réserve naturelle de Jantho, tout à fait au nord de l’île de Sumatra.

Du point de vue écologique comme au niveau géographique, la réserve est idéale pour la réintroduction d’orangs-outans dans la nature. Sa forêt tropicale est très similaire à l’habitat des populations sauvages sur l’île de Sumatra, dispose des bases naturelles de nourriture pour les grands singes et ne recèle que peu de risque de conflits avec l’homme. En outre, Jantho bénéficie du statut de protection le plus élevé que permet la loi indonésienne, ce qui assure la meilleure protection possible contre l’abattage illégal des arbres et les braconniers. À ce jour, plus de 60 orangs-outans ont déjà pu être mis en liberté avec succès.

RÉINTRODUCTION

Sur la base des expériences faites dans le centre d’accueil et de soins, on compose un groupe d’orangs-outans compatible du point de vue de la structure d’âge, du sexe et du caractère. Ce groupe est ensuite transféré en vue d’une réintroduction dans la nature dans les stations du parc national de Bukit Tigapuluh ou de la réserve naturelle de Jantho, qui disposent des mêmes systèmes d’enclos que le centre d’accueil et de soins. Les orangs-outans y sont préparés par un personnel qualifié à la vie dans la forêt tropicale. Ils apprennent de quelles plantes ils peuvent se nourrir, ou comment construire un nid sûr pour la nuit. Pour les préparer, le personnel emmène individuellement les orangs-outans dans la forêt pendant la journée, et les ramène dans leur enclos pour la nuit. Selon leur âge et leur état général, les animaux restent dans la station pendant trois semaines à plusieurs mois avant de pouvoir être lâchés dans la nature.

Après leur mise en liberté, les orangs-outans sont suivis quotidiennement par une équipe du programme de protection. On recueille ainsi des données sur leur comportement, leur alimentation et leurs compétences sociales, qui permettent de déterminer si les animaux sont capables de survivre de manière autonome ou ont besoin d’aide. Cette surveillance permanente améliore les chances de survie à long terme de l’espèce.