Topbar widget area empty.
GANTENG – UN JEUNE ORANG-OUTAN APPREND À ÊTRE LIBRE Ganteng Full view

GANTENG – UN JEUNE ORANG-OUTAN APPREND À ÊTRE LIBRE

L’an dernier, Ganteng, jeune orang-outan de quatre ans, a beaucoup appris. Né dans la station de quarantaine et abandonné par sa famille, il a d’une part dû apprendre à grimper et construire un nid, mais aussi à développer sa confiance en lui et son courage.

Le dernier souvenir de Ganteng pour la forêt tropicale est la vision de sa famille qui l’abandonne. Malgré qu’il soit né dans la station de quarantaine du SOCP, il est toujours resté prudent face aux humains. Sa mère n’a jamais aimé les humains – ses expériences précédentes étaient trop mauvaises avec eux. Le contact direct entre Ganteng le bébé orang-outan et ceux qui en prenaient soin a été réduit au minimum, pour permettre plus tard une remise à l’état sauvage. Pour que leur survie en liberté soit possible, Ganteng et sa sœur devaient apprendre de leur mère comment vivre dans les arbres, à grimper, à construire un nid pour la nuit et récolter des fruits – en bref: à être un orang-outan sauvage. Mais ce plan n’a pas fonctionné.

Ganteng est le frère jumeau de Ginting, et le fils de Gober auparavant aveugle, qui ensemble devaient être remis à l’état sauvage dans la forêt tropicale en janvier. Lorsque que la cage a été ouverte, la mère et la sœur ont disparu rapidement dans la forêt en laissant derrière elles Ganteng, timide et non sûr de lui.

Au cours de cette année, l’équipe du programme de protection des orangs-outans a développé un programme d’entraînement spécifique
pour Ganteng, afin de lui apporter plus de confiance en lui, les compétences les plus importantes et des compétences sociales.

En avril, Ganteng a été placé avec la femelle orang-outan Meysin, dans l’espoir qu’il apprenne d’elle. Avec le temps, Meysin est devenue une sorte de mère d’adoption pour Ganteng: il a beaucoup appris d’elle, et a même parfois dormi dans son nid. En juin déjà, l’équipe a laissé Ganteng et Meysin pour la première fois ensemble dans la forêt, lors de quoi le jeune orang-outan a suivi rapidement sa mère adoptive en dehors de la cage. Mais de la même manière qu’en janvier avec sa vraie mère, il a laissé partir Meysin tout en restant à proximité de la station, apeuré.

Le prochain objectif était d’ôter la peur de la forêt à Ganteng. Pour cela, ceux qui s’en occupaient l’ont motivé à grimper aux arbres pour y chercher de la nourriture qui était suspendue. De cette manière, il grimpait toujours plus haut, et parcourait des distances toujours plus longues – il devenait visiblement plus sûr de lui et plus courageux. Enfin, il commençait à découvrir la forêt tropicale à proximité et à jouer avec des orangs-outans déjà remis en liberté. Le petit protégé revenait cependant pour se nourrir et pour dormir à la station qui lui était familière.

Un soir, l’équipe a fait une tentative: que se passerait-il s’il ne pouvait plu entrer dans sa cage? Ganteng a surpris tout le monde lorsque, après avoir eu une courte réaction de dépit où il s’est assis devant la cage en ayant l’air indigné, il a fait de même que ses amis et construit pour la première fois son propre nid – une grande réussite quant à son entraînement!

Le jeune orang-outan n’a pas encore entièrement pris confiance dans la forêt. Mais il fait de grands progrès. Nous espérons qu’un jour, dans les premières semaines de la nouvelle année, il ne ressentira plus le besoin de retourner dans la station après chaque excursion dans la forêt tropicale. C’est alors qu’il pourra être enfin libre – un an après sa famille.

Regardez Ganteng durant son entraînement :
> La vidéo

Souhaitez-vous en apprendre plus sur l’histoire de Ganteng et de sa famille? Visionnez les documentaires!
> «Gober – eine Orang-Utan-Geschichte» (de)
> «Gober ist frei» (de)