Topbar widget area empty.
«SAISON CHARGÉE» AU CENTRE D’ACCUEIL ET DE SOINS Haga lance un regard optimiste vers le futur – dans quelques années, elle vivra comme un orang-outan libre dans la forêt tropicale protégée. Full view

«SAISON CHARGÉE» AU CENTRE D’ACCUEIL ET DE SOINS

Depuis décembre dernier, huit orangs-outans, parfois très jeunes, ont été amenés au Centre d’accueil et de soins de notre Programme de protection des orangs-outans. Nous présentons les nouveaux arrivés.

Huit nouveaux orangs-outans au Centre d’accueil et de soins en l’espace de quelques semaines – c’est tout à fait inhabituel. L’an dernier, en moyenne 2,2 orangs-outans par mois ont été amenés au Centre. Impossible de dire pourquoi les arrivées se sont multipliées justement en décembre dernier et en janvier. Ce qui est frappant, c’est que les nouveaux patients sont plutôt jeunes. Ils sont même en partie terriblement petits. Ainsi la tendance que nous observons depuis plusieurs mois semble se confirmer en cette nouvelle année : des patients de plus en plus jeunes viennent au Centre. Cela peut entre autres être dû au fait que les jeunes individus détenus illégalement sont annoncés plus rapidement qu’avant. La population est donc davantage consciente que la détention d’orangs-outans est interdite et qu’elle doit être annoncée. Nous pouvons espérer que ceci est également le fruit de notre travail de sensibilisation. En outre, l‘autorité de surveillance à Sumatra fonctionne de mieux en mieux. 

Les jeunes individus restent en moyenne six ans chez nous, jusqu’à ce qu’ils soient remis en liberté dans l’une de nos stations de réintroduction. Les jeunes orangs-outans demandent beaucoup d’efforts aux soignants du Centre d’accueil et de soins. De même que les bébés humains, les petits sont tributaires d’une étroite prise en charge 24/7. L’élevage est une affaire délicate. Il est nécessaire de toujours garder en tête que les orangs-outans sont des animaux sauvages et qu’en tant que tels, ils retourneront dans la forêt tropicale. Malgré cela, il est nécessaire de leur apporter suffisamment de chaleur et de proximité pour qu’ils puissent se développer sainement psychiquement.

Les nouveaux-arrivés en décembre et janvier:

> Votre don pour un jeune orang-outan
> Découvrez comment nous apportons de l’aide aux orangs-outans