Topbar widget area empty.
DERNIÈRES NOUVELLES: DES ILES POUR LES OURANG-UTANS L’aire de l’Orang Utan Haven était autrefois une rizière. - Orangutan Haven, North Sumatra on April 12th, 2018 Full view

DERNIÈRES NOUVELLES: DES ILES POUR LES OURANG-UTANS

Depuis maintenant plus d’un an, notre programme de protection des orangs-outans SOCP travaille à Sumatra à l’aménagement de l’Orang Utan Haven, une aire avec des îles pour les orangs-outans qui ne peuvent plus être remis en liberté dans la nature sauvage. Afin d’adapter ces îles aux besoins spécifiques des animaux, il faut veiller à bien des aspects. L’objectif est clair : début 2019 déjà, les premiers orangs-outans devraient pouvoir s’installer dans leur nouvel habitat.

Au centre d’accueil et de soins du SOCP vivent malheureusement de plus en plus d’orangs-outans qui ne peuvent pas être relâchés dans la nature sauvage en raison de blessures ou de maladies. Afin de leur assurer malgré tout une belle fin de vie, nous construisons l’Orang Utan Haven, où ils vivront à l’avenir sur des îles.

Les travaux sont déjà bien avancés. Les fossés d’eau autour des îles ont été excavés et en partie déjà remplis d’eau. La prochaine étape consiste à établir sur les îles les structures qui permettront aux orangs-outans de grimper et de s’occuper, ainsi que les maisons qui les accueilleront. C’est là aussi que l’on effectuera à l’avenir les examens médicaux. Ces maisonnettes doivent être construites de façon bien étudiée, car elles doivent se situer sur la « terre ferme » et être ainsi aisément accessibles pour le personnel, tout en empêchant une fuite des orangs-outans qui craignent l’eau.

Puisque les îles constituent l’élément central de l’Orang Utan Haven, il faut aménager des voies d’accès pour les visiteurs. Pour la construction de ces sentiers, on mise essentiellement sur un travail manuel local. Ainsi, la population sur place est intégrée au projet, et l’on peut par ailleurs tirer profit de la longue expérience des ouvriers qui connaissent bien le travail dans ces conditions topographiques difficiles.

L’un des plus grands problèmes est l’érosion du sol sur les versants abrupts autour des îles. Plusieurs solutions à cela ont toutefois pu être trouvées. Les versants au-dessus des sentiers ont été stabilisés au moyen du vétiver, une plante qui développe de profondes racines. Par ailleurs, les digues ont été spécialement traitées : un filet combiné à un mélange argileux assure la protection nécessaire et permet une filtration naturelle de l’eau de source, de sorte que les orangs-outans peuvent la boire.

> Notre page sur l’Orang Utan Haven
> Le centre d’accueil et de soins où les habitants attendent leur déménagement dans l’Orang Utan Haven