Topbar widget area empty.

PROJET DE PROTECTION DE BATANG TORU

L’écosystème de Batang Toru se trouve au sud du lac Toba dans la province du nord de Sumatra, et abrite les 800 derniers orangs-outans Tapanuli – l’espèce de Grands Singes anthropoïdes la plus menacée du monde. La forêt tropicale des hautes terres de Batang Toru est fortement mise sous pression. Et avec elle, l’habitat des orangs-outans et de nombreuses autres espèces menacées, telles que le tigre de Sumatra ou le pangolin. Le projet de protection de Batang Toru, sous la responsabilité du Programme de protection des orangs-outans de Sumtra (SOCP), se bat depuis 2005 au moyen de campagnes d’information et de travaux de Lobbying pour la conservation de ce précieux écosystème et des orangs-outans Tapanuli.

L’IMPORTANCE DE L’ÉCOSYSTÈME DE BATANG-TORU

Une étude publiée en novembre 2017 montre que l’orang-outan Tapanuli se différencie génétiquement, du point de vue du comportement et de l’anatomie des orangs-outans de Sumatra et de Bornéo connus jusqu’ici. La description scientifique de cette nouvelle espèce a fait prendre conscience de la nécessité de protéger cette population unique d’orangs-outans et ce qui reste de leur habitat. Il n’y a plus que 800 orangs-outans Tapanuli vivant dans la forêt tropicale des hautes terres de Batang Toru. De grandes études sur la biodiversité prouvent par ailleurs que Batang Toru possède une flore et une faune d’une richesse exceptionnelle. Nous avons pu répertorier 75 espèces de mammifères dans une étude – dont 18 figurent sur la liste rouge de l‘UICN comme menacées ou même fortement menacées. La forêt tropicale de Batang Toru est en outre d’une grande importance pour les humains qui vivent aux alentours. La forêt constitue la principale source d’eau potable, et fait office de tampon contre les inondations et l’érosion du sol. Par ailleurs, la forêt joue un rôle important de stockage du dioxyde de carbone.

LES MENACES

L’expansion urbaine et le braconnage

L’expansion urbaine et la généralisation du braconnage représentent actuellement une grande menace. Entre 2001 et 2010, près de 35 km2 de forêt tropicale a été abattue. La majorité des atteintes ont eu lieu dans des régions qui avaient en réalité déjà été déclarées comme forêt de protection, le long d’une route de bûcherons abandonnée et dans les environs d’une mine d’or.

Mine d‘or

Dans la partie sud-ouest de la forêt tropicale de Batan Toru se trouve une mine d’or. La mine à ciel ouvert engendre des glissements de terrain et menace l’approvisionnement en eau des communes avoisinantes. La mine appartient à une entreprise de Hong-Kong qui a commencé à étendre son activité récemment.

Abattage de bois

L’entreprise PT Telus Pauli dispose d’une license de coupe de bois pour 320 km2 de forêt, délivrée dans les années 90 déjà par le gouvernement central. Les travaux sont actuellement interrompus pour cause de forte érosion, de glissements de terrains et de bas rendement du bois.

LES ACTIVITÉS DU PROJET DE PROTECTION

Depuis 2005, nous sommes actifs aux côtés de notre partenaire local YEL à Batang Toru. Avec les activités suivantes, nous nous engageons pour la protection de l’écosystème de Batang Toru – en faveur de la population locale et des espèces menacées, telles que l’orang-outan Tapanuli.

Lobbying

Le travail de longues années de Lobbying auprès du gouvernement local et du district a porté ses fruits en fin 2014. Près de 95% de la forêt de Batang Toru a été mise sous protection : son statut a été modifié de « forêt de production » à « forêt de protection » dans un décret du Département indonésien des forêts. Un grand succès ! Mais malheureusement, certaines régions très sensibles et importantes, telles que par exemple les gorges du fleuve Batang Toru dans le sud de Tapanuli, ne sont pas encore protégées. La forêt primaire qui s’y trouve abrite la biodiversité la plus riche de tout l’écosystème de Batang Toru, et possède la plus grande densité d’orangs-outans Tapanuli.

Station de recherche

Au sein de la station de recherche exploitée par PanEco et YEL dans la partie ouest de l’écosystème, des scientifiques de différentes universités effectuent des recherches sur le comportement des orangs-outans et sur la biodiversité de la forêt.

Étude socio-économique

PanEco et YEL, en collaboration avec d’autres partenaires locaux, ont mené des interviews avec plus de 2‘800 personnes dans 18 sous-districts au sujet de la forêt de Batang Toru. L’étude avait pour objectif d’évaluer à quel niveau la vie au quotidien de la population locale influe sur l’écosystème. L’étude a montré que le braconnage représente une réelle menace : 80% ont répondu qu’ils chassent dans la forêt – au moyen de pièges, d’armes à air comprimé et de chiens.

PRIORITÉ ACTUELLE

La priorité de notre engagement à Batang Toru est d’éviter une fragmentation supplémentaire de la population d’orangs-outans Tapanuli. Avec à peine 800 individus, c‘est essentiel pour la survie de l’espèce. Nous travaillons à la réalisation de corridors de faune. Nous faisons également tout notre possible pour empêcher la construction de la centrale hydroélectrique planifiée dans la forêt tropicale primaire où se trouvent les gorges du fleuve Batang Toru. Par ailleurs, nous travaillons main dans la main avec le Ministère des forêts pour garantir la surveillance et la gestion de la forêt de protection par les nouvelles « Forest Management Units ».