Topbar widget area empty.
LA POPULATION D’ORANGS-OUTANS DE SUMATRA EST DEUX FOIS PLUS IMPORTANTE QUE SUPPOSÉ JUSQU’ICI – ET POURTANT PLUS MENACÉE QUE JAMAIS Une nouvelle étude révolutionnaire le prouve : la population d’orangs-outans de Sumatra est deux fois plus grande qu’il n’était supposé jusqu‘à présent, mais cependant plus menacée que jamais. Full view

LA POPULATION D’ORANGS-OUTANS DE SUMATRA EST DEUX FOIS PLUS IMPORTANTE QUE SUPPOSÉ JUSQU’ICI – ET POURTANT PLUS MENACÉE QUE JAMAIS

La nouvelle s’est déjà répandue dans le monde entier : la nouvelle étude de l’équipe du SOCP aux côtés de Ian Singleton et de Serge Wich démontre que sur Sumatra, plus de 14’000 des extrêmement vulnérables orangs-outans de Sumatra vivent. C’est plus du double que le nombre répertorié jusqu’à présent. Cela ne signifie pas pour autant que la population a augmenté ou que son habitat s’est agrandi. Le nouveau chiffre indique seulement que l’analyse est plus précise et les données plus exactes que lors du recensement de 2004. À cette époque, la population d’orangs-outans sur Sumatra avait été estimée à seulement 6’600 individus.

L’équipe de recherche du programme de protection des orangs-outans, en collaboration avec d’autres chercheurs, a publié il y a quelques jours une étude révolutionnaire dans le magazine scientifique renommé Science Advances. Celle-ci démontre entre autres que la population de Grands Singes sur Sumatra est deux fois plus nombreuse qu’il avait été supposé jusqu’ici. Les auteurs de l’étude estiment la population à plus de 14‘000 individus – jusqu’à maintenant, il était supposé qu’il n’y avait environ que 6’600 orangs-outans.

Le Dr. Ian Singleton, directeur du programme de protection des orangs-outans, précise que la nouvelle étude ne doit en aucun cas être faussement interprétée : d’une part le nombre d’orangs-outans de Sumatra n’a pas augmenté, et d’autre part leur habitat ne s’est pas agrandi. C’est plutôt que leur habitat était grandement sous-estimé. De nouvelles technologies, comme par exemple les drones, permettent aux équipes de chercheurs de compter les nids d’orangs-outans depuis les airs, aussi dans des régions reculées. C’est ainsi que lors des derniers recensements, des orangs-outans ont été découverts contre toutes attentes dans des forêts dégradées ainsi que, entre autres, à l’ouest du Lake Toba. Point particulièrement intéressant, des populations d’orangs-outans ont également été observées dans des régions très hautes en altitude, situées jusqu’à 1’500 mètres au-dessus du niveau de la mer. Jusqu’à présent, il était supposé que les orangs-outans ne vivaient que dans les forêts tropicales de plaine se situant à 900m d’altitude au maximum. Il n’est pas encore clair si les animaux ont dû reculer dans des régions plus hautes en raison de la destruction progressive de la forêt tropicale, ou s’ils ont toujours vécu là.

Le Dr. Ian Singleton, directeur du programme de protection des orangs-outans et co-auteur de l’étude, souligne que les orangs-outans et leur habitat sont fortement menacés :

«We see huge areas of forests being cleared in Sumatran orangutan habitat every year. We also see numerous roads being cut through the forests opening up even greater access to new agricultural expansion, settlements and other encroachment. Furthermore, our own orangutan quarantine centre in North Sumatra receives around 25 to 30 confiscated illegal pets every year as well. For each one of those that arrives there are almost certainly others that didn’t make it that far, and for every one of them their mother was killed during capture. Add to that the numbers of males killed each year and we’re already losing at least 100 or so orangutans each year, that are deliberately killed by people. Then factor in all those that die of starvation and malnutrition as their habitat is increasingly taken away from them, and they’re forced to try and survive in ever smaller and more impoverished patches of forest, and we’re probably talking several hundred, if not thousands being lost each year.»

Bien qu’il existe nettement plus d’orangs-outans de Sumatra que supposé jusqu’ici, l’espèce est aujourd’hui plus menacée que jamais auparavant – avant tout par la destruction incessante de la forêt tropicale, la mise à mort d’orangs-outans et le commerce de jeunes individus. L’un des scénarios publiés dans l’étude montre que d‘ici 2030, environ 33% des orangs-outans de Sumatra restants mourront de la seule cause de la perte de leur habitat. Reste à savoir combien d’autres orangs-outans seront victimes de braconnage ou de commerce illégal.

90% des orangs-outans de Sumatra qui subsistent encore vivent dans l’écosystème Leuser – une grande zone de 26000 kilomètre carré de forêt tropicale au Nord de Sumatra, qui est protégée par des lois indonésiennes sévères. Mais ce dernier bastion des orangs-outans de Sumatra est fortement menacé par une nouvelle loi sur l’aménagement du territoire de la province Aceh, qui ignore la loi nationale sur la protection de la nature. La loi sur l’aménagement du territoire prévoit que de grandes surfaces de l’écosystème Leuser soient mises à disposition pour des plantations de palmiers à huile et que celles-ci soient reliées par de nouvelles routes.

Notre équipe du programme de protection des orangs-outans travaille avec détermination pour une meilleure protection des orangs-outans comme des forêts tropicales, qui constituent leur abri. En effet, la survie de cette espèce ne dépend pas du nombre d’individus, mais de la préservation de leur habitat à long-terme, comme l’explique également le Dr. Ian Singleton :

«By far the simplest and most cost effective way to prevent the extinction of the Sumatran orangutan is to fully protect the Leuser Ecosystem. Aside from its orangutans the Leuser Ecosystem represents the only real hope for the survival of Sumatran tigers, rhinos, and elephants as well. An intact Leuser Ecosystem is also essential for the livelihoods and long term prosperity of Aceh’s human population too, providing the numerous essential ecosystem services and protection from flash floods and other environmental disasters that it does. To save the Sumatran orangutan we simply have to save the Leuser Ecosystem. Its destruction and the extinction of this and other magnificent species just cannot be allowed to happen!»

> Apprenez-en plus sur notre travail de recherche ainsi que sur notre engagement pour la préservation de la forêt tropicale en tant qu’habitat pour les plantes, les animaux et pour les humains.
> Lisez l’étude scientifique dans «Science Advances» (en)