Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des pièges photographiques en activité

-
Petits, discrets et faciles à utiliser, ils rendent de grands services au travail scientifique dans des régions reculées comme celle de la forêt tropicale de Sumatra. Les pièges photographiques nous fournissent des données importantes sur la diversité des espèces dans l'habitat des orangs-outans. Il est surprenant de découvrir qui est tombé l'année dernière dans les « pièges » habilement placés à proximité de notre station de recherche Camp Mayang.

Des pièges photographiques en activité

-
Petits, discrets et faciles à utiliser, ils rendent de grands services au travail scientifique dans des régions reculées comme celle de la forêt tropicale de Sumatra. Les pièges photographiques nous fournissent des données importantes sur la diversité des espèces dans l'habitat des orangs-outans. Il est surprenant de découvrir qui est tombé l'année dernière dans les « pièges » habilement placés à proximité de notre station de recherche Camp Mayang.

Autour de notre station de recherche Mayang, dans l’écosystème de Batang Toru, les pièges photographiques sont utilisés pour étudier le comportement des orangs-outans à l’état sauvage et constituent une source fiable d’estimation de la taille et de la densité des populations d’orangs-outans. Il nous faut également connaître et comprendre la biodiversité dans leur habitat afin de pouvoir développer des stratégies de conservation efficaces. Et voilà, quelques images réussies:

Les macaques, ou en français «macaques crabiers», doivent leur nom à leur queue annelée comme celle des cochons. Celui-ci est probablement à la recherche d’un déjeuner. Les macaques sont en effet des habitants diurnes de la forêt qui cherchent d’abord par terre de la nourriture. Ils vivent en groupe et se retirent dans les arbres en cas de danger ou pour se reposer la nuit.
Les muntjacs (Muntiacus) sont un genre de cervidés originaires d’Asie. Plusieurs espèces de cette sous-famille ont été découvertes et décrites scientifiquement au cours des dernières décennies.
La photo de ce chat marbré (Pardofelis marmorata) est particulièrement précieuse. Ce petit félin figure depuis 2002 sur la liste d’alerte de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources), car la population totale est composée probablement de moins de 10 000 individus adultes et aucune population ne compte plus de 1 000 chats marbrés adultes.
Ce porc-épic de Sumatra est tombé, en pleine nuit, dans le piège photographique. Son espèce est régulièrement présente sur toute l’île. Il s’adapte relativement bien aux changements de son habitat et, bien que l’espèce soit chassée pour sa viande, ses populations restent stables.
Cette poule faisane d’Argus (Argusianus argus) s’est promenée par ici un après-midi. Son espèce est considérée comme potentiellement menacée. Elle souffre de la réduction de son habitat et elle est souvent chassée. Heureusement, notre piège photographique est inoffensif !
Parmi toutes les espèces d’ours, l’ours solaire (Helarctos malayanus) est celui qui préfère vivre dans les arbres. Excellent grimpeur, il prend volontiers son bain de soleil à la cime des arbres et y dort à une hauteur de 2 à 7 mètres au-dessus du sol. Cet animal diurne se déplace de plus en plus souvent la nuit quand il vit à proximité des hommes car il est menacé par la chasse illégale et le trafic d’animaux sauvages. Il entre régulièrement en conflit avec l’homme lorsqu’il pénètre dans les terres agricoles, les plantations et les vergers. Sa population mondiale a diminué d’environ 35 %, ce qui lui vaut d’être classé comme espèce menacée sur la liste de l’UICN.
Dans les zones forestières isolées et protégées de Sumatra, il n’est pas rare que des hommes (homo sapiens, du latin signifiant «homme qui sait, qui comprend ou qui est sage, intelligent, raisonnable») tombent eux aussi dans les pièges photographiques. Ils se déplacent souvent en groupe pour chasser et chercher de la nourriture. Leur présence peut donc représenter une menace pour d’autres êtres vivants qui doivent partager avec lui l’habitat protégé.
Meine Spende für Umweltbildung, Artenschutz und bedrohte Lebensräume
Freibetrag CHF
Retour en haut